Vous souffrez de pauses respiratoires durant votre sommeil ? C’est ce qu’on appelle le syndrome d'apnée du sommeil (SAS), soit le fait d'arrêter de respirer involontairement la nuit. Ces arrêts respiratoires nocturnes toucheraient environ une personne sur dix en France et sont pour la plupart inconscients. Or, il n’est pas sans savoir que ce trouble du sommeil a de nombreuses répercussions sur notre qualité de vie. Faut-il s’en inquiéter ? Comment vivre avec, et surtout comment soigner naturellement l’apnée du sommeil pour mieux dormir ?

 

Qu'est-ce qui provoque l'apnée du sommeil ?

 

causes apnee du sommeil

 

L’apnée nocturne se définit par un arrêt involontaire de la respiration. Dans ce cas, la personne endormie cesse de respirer pendant environ 10 secondes, voire plus de 30 secondes, et ceci de manière répétée durant son sommeil.

 

Dans le domaine médical, on distingue 3 types d’apnées du sommeil, ce qui permet de distinguer les différentes causes.

 

Le syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS)

 

Ce syndrome du sommeil respiratoire est lié au rétrécissement du pharynx pendant la nuit ; la cause est donc mécanique dans 90 % des cas. En cas d’obstruction partielle, on parle d’hypopnée, c’est-à-dire une diminution d’air inspiré d’environ 50 %.

S’il s’agit en revanche d’une fermeture des voies respiratoires, soit d’une obstruction totale du pharynx avec un manque en oxygène, elle est considérée comme apnée du sommeil. De ce fait, les muscles se relâchent et bloquent le passage de l’air au niveau de la trachée. Les voies aériennes supérieures sont par conséquent obstruées : pour la personne endormie, il est alors impossible de respirer. L’unique façon pour réactiver la respiration sera une contraction “réflexe” musculaire, qui induira de ce fait des micro-réveils.

 

L’apnée centrale du sommeil

 

Dans le cas du syndrome d’apnées centrales du sommeil, il s’agit d’un dysfonctionnement au niveau cérébral. Beaucoup plus rare, sa cause est donc neurologique, et non mécanique. Ainsi, une insuffisance cardiaque, une maladie neurologique (maladie de Parkinson, méningite, etc.) ou un accident cérébral vasculaire peuvent en expliquer la cause principale.

 

L’apnée mixte

 

Cette typologie d’apnée est particulière, puisqu’elle regroupe l’apnée obstructive du sommeil, ainsi que l’apnée centrale du sommeil. Dans la plupart des cas, l’apnée mixte commence par une apnée centrale pour ensuite évoluer sur une obstruction des voies respiratoires. L’apnée du sommeil est par ailleurs associée à d’autres pathologies telles que l’obésité, l’hypertension artérielle ou le diabète qui pourraient avoir un rôle lié, mais pas suffisamment défini. À noter que la fréquence du syndrome est doublée chez les personnes de plus de 65 ans.


Les enfants peuvent aussi souffrir de l’apnée du sommeil, et notamment de SAOS sévères en cas d’hypertrophie des végétations et amygdales. Une consultation chez l’ORL est de ce fait vivement conseillée pour déterminer les causes d’obstruction respiratoire.

 

Est-ce dangereux de faire de l'apnée du sommeil ?

 

Selon plusieurs études scientifiques, 7 % de la population adulte souffre du syndrome d’apnée du sommeil, et 15 % concerne les plus de 70 ans. Ces personnes n’en ont pas conscience, et c’est généralement l’entourage qui s’en inquiète.  Accompagnée de ronflements sonores dans 90 % des cas, l’apnée se caractérise par des arrêts respiratoires suivie d’une reprise de la respiration assez bruyante quelques secondes après.

 

On parle d’apnée du sommeil légère, quand ces pauses respiratoires en dormant se succèdent au minimum 5 fois au cours de la même heure. Selon les médecins, il est conseillé de s’en inquiéter à ce stade modéré. L’apnée sera ensuite considérée comme sévère quand la respiration est stoppée plus de 30 fois par heure.

 

Par ailleurs, le risque devient accru pour les personnes présentant des problèmes cardiovasculaires car les apnées du sommeil fatiguent le cœur. Conséquence, elles accentuent le risque d'infarctus de myocarde. La mauvaise oxygénation peut favoriser, en outre, l’hypertension artérielle. Une consultation médicale est alors indispensable suivie d’un examen appelé la polygraphie ventilatoire nocturne. Un autre examen pourra être par la suite proposé pour confirmer le diagnostic : la polysomnographie. Il s’agit de capteurs ventilatoires et neurologiques qui étudieront les différentes phases de votre sommeil afin d’évaluer la gravité de l’apnée.

 

Quelles sont les conséquences de l'apnée du sommeil ?

 

consequences apnee du sommeil sante 

 

Ce trouble du sommeil, encore mal diagnostiqué, a des répercussions néfastes sur notre quotidien, mais aussi sur notre santé. Les personnes concernées par ce syndrome se réveillent le plus souvent en sueur, avec des maux de tête et une sensation de fatigue intense, dues aux micro-réveils qui perturbent incontestablement la qualité du sommeil. 

Il n’est pas rare de ressentir un suffoquement ou un sentiment d’étouffement durant la nuit. Mais ceci n’est que la pointe visible de l’iceberg, car il a été constaté que l’apnée du sommeil pouvait entraîner d’autres conséquences, telles que :

  • l'irritabilité de l’humeur
  • une diminution de la libido
  • des troubles de la concentration avec de légères pertes de mémoire

Selon la Haute Autorité de Santé (HAS), elle serait susceptible d’augmenter les risques de diabète et d’ostéoporose, en plus de favoriser la dépression et un état de somnolence durant la journée. Par ailleurs, il a été démontré que les risques d’accidents en voiture sont plus élevés chez les personnes souffrant d’apnées nocturnes.

 

Est-ce que l'apnée du sommeil se guérit ?

 

À ce jour, il n’existe pas de traitements médicamenteux proprement définis pour guérir de ce syndrome. Des solutions mécaniques sont néanmoins reconnues pour lutter contre ce dysfonctionnement respiratoire selon leur gravité.

 

En cas d’apnées sévères

 

La PPC, appelée pression positive continue, est un traitement sur le long terme remboursé par l’Assurance Maladie. Ce dispositif, sous forme de masque, pulse de l’air sous pression durant votre sommeil, ce qui permet de maintenir les voies aériennes ouvertes.

 

En cas d’apnées du sommeil plus légère 

 

Une autre alternative peut vous être proposée : l'orthèse d’avancée mandibulaire (ODM). Cette gouttière moulée, fabriquée sur-mesure, se fixe sur les dents. Elle projette en avant la mâchoire inférieure et la langue, libérant ainsi le passage de l’air au niveau du pharynx.

 

Dans une moindre mesure, la chirurgie maxillo-faciale peut s'avérer être une solution pour lutter contre les apnées du sommeil. Chez les enfants, on conseillera l’ablation des amygdales, responsables pour la plupart des difficultés respiratoires nocturnes. 

 

Comment réduire les apnées du sommeil ?

 

Le meilleur conseil pour lutter contre ce relâchement musculaire lié au sommeil est de pratiquer une activité physique et bien s’alimenter au quotidien afin d’éviter le surpoids et la sédentarité.  Il est aussi recommandé d’éviter le tabagisme, la prise de somnifères et l’alcool le soir, facteurs susceptibles d’augmenter le syndrome d’apnées obstructives du sommeil.

 

Et enfin, pour améliorer la qualité du sommeil et réduire le temps d’endormissement, les compléments alimentaires sont un excellent compromis. Nos compléments alimentaires pour dormir formulés à partir de mélatonine et de plantes reconnues pour leurs propriétés relaxantes, vous aideront à combattre efficacement les insomnies ou autres troubles du sommeil pour une nuit régénératrice. En cas de doute, n’hésitez pas à en parler à votre médecin traitant ou à votre pharmacien.

 

Quelle position pour éviter l'apnée du sommeil ?

 

Selon une étude scientifique américaine parue dans la revue Chest, il est conseillé de dormir avec le buste incliné à 45 degrés pour prévenir l’apnée obstructive du sommeil. Pour les femmes enceintes, particulièrement sujettes à ce trouble du sommeil, caler des coussins dans le dos pourrait s’avérer être une bonne solution. Dans tous les cas, il est préférable d’éviter de dormir sur le dos pour améliorer la qualité du sommeil.

 

Quelle plante pour apnée du sommeil ?

 

 plantes pour mieux dormir et apnee du sommeil

 

Pour réduire l’apnée du sommeil et lutter contre ses désagréments, certaines plantes vertes sont reconnues pour leur propriétés apaisantes et antioxydantes. En plus de purifier l’air ambiant en absorbant les toxines et autres polluants volatiles domestiques, elles sont un véritable allié pour trouver  le sommeil.

 

Ainsi, voici une liste non-exhaustive des plantes à considérer dans l’aménagement de votre chambre à coucher afin de mieux dormir la nuit :

  • l'aloe vera
  • le chlorophytum chevelu
  • la lavande
  • la sansevieria trifasciata, appelée la plante de serpent
  • le spathiphyllum, ou lys de paix
  • le scindapsus doré

  

En résumé, souffrir d’apnée du sommeil est souvent synonyme de micro-réveils, céphalées et de fatigue intense. Ce syndrome, touchant majoritairement les personnes âgées et en surpoids, s’avère particulièrement néfaste sur la qualité de vie. Il en va de même pour votre santé si vous êtes sujet à une insuffisance cardiaque ou hypertension artérielle. En cas d’apnées légères, la Haute Autorité de Santé préconise des mesures hygiéno-diététiques pour une vie plus saine. Enfin, pour soigner naturellement l’apnée du sommeil, pensez aux plantes et aux compléments alimentaires pour dormir, vegan et spécialement conçus pour favoriser un sommeil réparateur.

Laisser un commentaire

Nouveautés, promotions, actualités, soyez les premiers informés.

Votre adresse email est utilisée par Les Miraculeux à des fins de prospection commerciale (nouveautés, actualités...). Pour connaître notre Politique de données personnelles et en savoir plus sur vos droits, cliquez ici

Suivez-nous

Pour une dose de bonne humeur quotidienne :)